Globe24h logo
 

 

Please read our

Frequent Q&A

before contacting us



Submit your document for free publishing

Document requirements:

It must be related to law and judicial decisions or to the law system generally (courts, prosecutors, police, lawyers, bailiffs, public notaries, etc).

The subject can be any type (record, release, personal statement, complaint, evidence, etc).

It must be obtained legally and must not be protected by any copyright.

You must provide the document in a text format (doc, txt, rtf, html). We do not accept PDF or pictures (jpg, png, gif, etc).

It must be unique (not published anywhere else on the internet) and it must not contain any hyperlink.

We shall publish your document here in up to 5 working days, after we examine it. We reserve the right to reject any document that we consider inappropriate.

Please send it to: globe@globe24h.com



Personal Data Removal - Request Form





    

Filochrome Inc. c. Travailleurs et travailleuses unis de l'alimentation et du commerce, section locale 501, 2000 3736 (QC SAT)

2000-10-19

                                                                                                                                                                    

 

                                                               ARBITRAGE DE GRIEF

                           EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27)

                                                                                                                                                                    

 

ENTRE:

                                                                  FILOCHROME INC.

 

                                                                                                                                 (L' « EMPLOYEUR »)

ET:

                        TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES UNIS DE L’ALIMENTATION

                                             ET DU COMMERCE, SECTION LOCALE 501

 

                                                                                                                                   ( LE « SYNDICAT »)

 

 

                                                           GRIEFS:  21530 ET AUTRES

                        LETTRE D’ENTENTE — TRAVAIL DES APPRENTIS MÉCANICIENS

 

                                                                                                                                                                    

 

                                                        SENTENCE

                                                                                                                                                                    

 

Tribunal:                                                           Me Serge Brault, arbitre unique

 

Comparutions pour l’Employeur:                       Me Jean-Robert Laporte, procureur, assisté de:

                                                                        M. Paul Malo, président

                                                                        M. Jacques Hébert, directeur de l’usine

                                                                        Mme Isabelle Rivest, responsable des ressources humaines

                                                                        M. Sylvain Ethier, contremaître

                                                                       

Comparutions pour le Syndicat:            Me Richard Moss, procureur, assisté de:

                                                                        M. Alain Giroux, représentant syndical

                                                                        M. Jean-Luc Hénault, délégué syndical

 

Lieu de l’audience:                                            Joliette (Québec)

Date d’audience:                                               11 septembre 2000

Dernière correspondance:                                 14 septembre 2000

Date de la sentence:                                          19 octobre 2000


                                                                             I

                                                               INTRODUCTION

 

Cette sentence décide de onze griefs, certains individuels, d’autres collectifs, où des employés de la société Filochrome inc., ci-après l’« Employeur », lui reprochent sa façon d’avoir appliqué les dispositions d’une annexe à la convention collective relative à la formation. Sommairement, le litige concerne les affectations confiées aux employés en apprentissage en vue de devenir mécaniciens.

 

Les Travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce, section locale 501, ci-après le « Syndicat », sont signataires avec l’Employeur d’une convention collective intervenue en 1997 et qui reconduisait, inchangée, la Lettre d’entente suivante, si ce n’est pour la durée de l’apprentissage que les parties avaient convenu de porter de 1,000 à 1,500 heures:

 

            «Annexe “E” – RÈGLES PARTICULIÈRES POUR LA FORMATION DES MÉCANICIENS

 

            L’Employeur pourra procéder à la formation de salariés pour apprendre le travail des mécaniciens selon la procédure suivante:

 

                        1.         Lorsque l’Employeur décidera de former de nouveaux salariés, il affichera à cet effet un avis indiquant le nombre de candidats requis et ce pendant une semaine.

 

                        2.         À l’expiration du délai d’affichage, l’Employeur choisira, par ancienneté parmi les candidats ayant apposé leur nom sur l’avis, le nombre de candidats dont il a besoin.

 

                        3.         Les candidats sélectionnés seront alors soumis à une période de formation pendant laquelle ils effectueront le travail de leur classification, et seront appelés au besoin, sous le contrôle du contremaître, à assister les mécaniciens et à apprendre les techniques de travail des mécaniciens.

 

                        4.         Cette période de formation sera d’une durée de mille cinq cents (1500) heures d’apprentissage.

 

                        5.         Pour compiler les heures d’apprentissage, le candidat sélectionné devra poinçonner une carte à chaque occasion où il effectuera du travail d’apprentissage.

 

                        6.         Pendant toute la durée de la période d’apprentissage, le salarié recevra le salaire habituel de sa classification.

 

                        7.         Le salarié pourra être appelé pendant cette période d’apprentissage à effectuer cet apprentissage sur des relèves autres que sa relève habituelle.

 

                        8.         Le salarié pourra pendant sa période d’apprentissage être appelé à remplacer temporairement des mécaniciens absents, le tout en conformité avec l’article 7.

 

                        9.         Une fois sa période d’apprentissage terminée, si le salarié est alors en mesure d’accomplir adéquatement les fonctions du mécanicien, il sera alors considéré comme un candidat qualifié.

 

                        10.      Une fois cette qualification acquise, le salarié qualifié continuera d’occuper sa classification habituelle et d’assister au besoin les mécaniciens et il continuera à recevoir le salaire habituel de sa classification.  Cependant, une fois cette qualification acquise, le salarié aura alors priorité pour remplacer un mécanicien en cas d’absence et lorsqu’il remplacera un mécanicien absent, il aura alors droit de recevoir le salaire horaire du mécanicien pour les heures où il remplacera le mécanicien.

 

                        11.      Le salarié qui a posé sa candidature pour être en période de formation ou le salarié qualifié devra accepter les transferts d’une relève à une autre.

 

                        12.      Dans le cas d’affichage d’un poste de mécanicien, le salarié qualifié aura priorité sur tout autre salarié de la compagnie autre qu’un mécanicien, même s’il possède moins d’ancienneté générale, pour obtenir le poste de mécanicien.

 

                                    Entre deux salariés qualifiés qui auront posé leur candidature, l’Employeur devra accorder priorité à celui qui détient le plus d’ancienneté générale.

 

                        13.      Un salarié en période de formation ou un salarié qualifié qui refusera un transfert selon l’article II de la présente annexe, ou qui refusera un poste de mécanicien selon l’article 12, verra alors son nom rayé de la liste des salariés en période de formation ou des salariés qualifiés, et ce salarié ne sera plus réputé qualifié ni réputé en période de formation et devra attendre le délai prévu à l’article 7.03 de la convention collective avant de pouvoir se porter candidat pour l’apprentissage. »

            [nous soulignons]

 

Sont également pertinentes les dispositions suivantes de la convention collective:

 

            « ARTICLE 1 – RECONNAISSANCE ET JURIDICTION

 

                        1.04     Les personnes exclues de l’unité de négociation incluant les contremaîtres, n’accompliront aucun travail de production et de maintenance connexe de l’équipement du département de fabrication pouvant être accompli par les salariés de l’unité de négociation, en temps normal ou en heures supplémentaires, sauf aux fins de formation et d’enseignement.

 

            ARTICLE 2 – DROITS DE LA DIRECTION

 

                        2.01     L’Union reconnaît à l’Employeur le droit d’administrer ses affaires et de diriger son personnel selon ses droits, le tout en conformité avec les dispositions de la présente convention.

 

            ARTICLE 10 – ARBITRAGE

 

                        10.02   L’arbitre nommé se conformera aux dispositions de la présente convention.  Il n’aura pas le droit d’y ajouter, retrancher ou changer quoi que ce soit, ni de rendre une décision contraire aux dispositions de la présente convention.

 

            ARTICLE 14 – HEURES SUPPLÉMENTAIRES

 

                        14.01   Tout travail accompli au-delà des heures normales de travail quotidiennes ou en sus du total des heures hebdomadaires est rémunéré au taux normal majoré de moitié.  Aux fins de la présente convention, les journées de la semaine sont comptées de minuit à minuit.

 

À titre d’illustration du reproche formulé à l’endroit de l’Employeur et de la réparation recherchée, nous reproduisons l’un des griefs:

 

            NOM : Massé Sébastien

            NATURE DU GRIEF:  Violation de la convention collective, entre autre(s) art.

            Annexe “E” ART. 14  7.01 F et tout autre art.

            Jean-Luc a travaillé seul 20-21-24-25

            RÈGLEMENT REQUIS:  16 HRS TAUX SIMPLE MAJORÉ DE MOITIÉ

            16 HRES TAUX DOUBLE »

 

L’Employeur, qui nie avoir de quelque façon violé la convention collective, ajoute que même s’il l’avait fait, la réparation recherchée par le Syndicat dans ses griefs n’est pas possible et que les onze griefs n’ont tout au plus qu’un objet déclaratoire, le Tribunal ne pouvant, même s’il les jugeait fondés, attribuer quelque réparation matérielle de la nature de celle réclamée.  

 

Cela dit, les parties ont convenu que si le Tribunal devait estimer quelque grief bien fondé, et avoir l’autorité pour accorder la réparation recherchée, il réserve alors compétence à cet égard à défaut par les parties d’en convenir à l’amiable.

 

                                                                             II

                                                                    LA PREUVE

 

L’Employeur est une entreprise de fabrication de matières à base de fil métallique. Sa principale activité est la fabrication, à titre de sous-traitant de la société Frigidaire, de composantes destinées à des cuisinières. Elle fabrique également le  fil métallique pour des masques de hockey distribués par les sociétés tels que Bauer ou Itech.

 

Jusqu’à l’automne 1999, la société comptait environ soixante-dix employés; depuis, elle a doublé ses effectifs et fonctionne vingt-quatre heures par jour sur trois relèves.  Le directeur actuel de l’usine, monsieur Jacques Hébert, a remplacé son prédécesseur à l’été 1999. 

 

L’usine compte une quarantaine de machines d’environ quatre cents pieds de long.  Ces machines sont entretenues par des ajusteurs-mécaniciens dont la convention collective comporte cette description des tâches :

 

            « Caractéristiques de la tâche:

 

            Instruction:

            –         Connaissances en lecture de plans;

            –         Connaissances en mécanique d’entretien (machinerie);

            –         Ajustage mécanique (machine outils);

            –         Connaissance en soudure;

            –         Métrologie;

            –         Connaissances en hydraulique et en pneumatique;

            –         L’expérience peut remplacer la formation.

 

            Expérience:

            –         Lecture de plans;

            –         Mécanique d’entretien;

            –         Ajustage mécanique (machine outils);

            –         Soudure de tous genres;

            –         Métrologie;

            –         Hydraulique et pneumatique;

            –         Ajusteur mécanicien.

 

            Aptitudes:

            –         Habileté à réparer les équipements de production;

            –         Habileté à faire les montages sur les équipements de production de façon à ce qu’ils fonctionnent efficacement;

            –         Bon jugement permettant d’identifier et de solutionner les problèmes;

            –         Être en mesure de travailler avec un minimum de supervision et d’instructions.

 

            Description de la tâche:

            –         Effectuer les montages sur les équipements de production;

            –         Ajuster et réparer l’équipement;

            –         S’assurer de rencontrer les critères de qualité du produit;

            –         Peut être appelé à produire des échantillons et des gabarits;

 

            Fonctions spécifiques:

            –         Effectuer les montages et remplir tout document relié aux montages;

            –         Réparer les équipements de production et y faire de la soudure si nécessaire;

            –         Émettre des rapports quotidiens des activités;

            –         Remplir les feuilles de qualité;

            –         Toute autre tâche assignée par son contremaître ou ses supérieurs;

            –         Fabriquer des pièces de remplacement;

            –         Maintenir les équipements outils et les postes de travail propres.

 

            Le candidat devra pouvoir fournir la preuve de l’expérience ou des connaissances pertinentes dans les domaines ci-haut mentionnés.

 

            Le candidat pourra être soumis à des tests pratiques ou écrits pour évaluer ses connaissances. »

 

Les mécaniciens, présents sur tous les quarts, sont essentiels au bon fonctionnement de la machinerie. En effet, comme l’a expliqué monsieur Sylvain Ethier, contremaître de nuit, si pour une raison quelconque on n’est pas en mesure de réparer une machine, la production doit être modifiée et la machine en question arrêtée jusqu’à ce que les réglages ou les réparations requises soient faits par le mécanicien.

 

La convention collective actuelle, intervenue en 1997, en succédait une autre signée en 1994.  Son  Annexe “E” (supra) en était, pour ainsi dire, à sa deuxième fournée, ayant été reconduite inchangée d’une convention à l’autre, hormis son article 4 relatif à la durée de l’apprentissage. Cette annexe pourvoit à la possibilité pour des employés de l’usine, par exemple des opérateurs, de s’inscrire en cours d’emploi en vue d’une formation comme mécaniciens et, par ancienneté, d’être éventuellement choisis en vue de la recevoir par voie d’apprentissage. Au terme de cette formation, l’apprenti pourra devenir mécanicien et donc, accéder à cette classification. 

 

Le Syndicat a présenté, sous réserve d’un argument patronal qui a objecté à sa recevabilité qu’elle était inadmissible, une preuve du déroulement des négociations collectives ayant conduit à la conclusion de l’Annexe “E”. Selon l’Employeur, le texte en question se suffit à lui-même et il doit être interprété à partir de sa seule teneur plutôt que sur la foi d’échanges entre les parties ou de la perception que les parties auraient pu en avoir dans le contexte de leurs négociations collectives. La partie syndicale a rétorqué que cette preuve servirait à éclairer la pratique des parties de sorte que le Tribunal a entendu cette preuve extrinsèque sous réserve.   Les procureurs n’ont cependant pas traité à nouveau de la question dans leurs plaidoiries finales.

 

Essentiellement, sans la relater par le menu, disons que la preuve en question avait pour objet de démontrer que l’application contestée de l’Annexe “E” n’était pas compatible avec les propos échangés à la table des négociations sur la raison d’être et le sens que devait avoir la disposition. Selon cette preuve, la nécessité de former des mécaniciens est d’abord apparue autour de 1994. À l’époque, on a jugé qu’il fallait en recruter de nouveaux et que, plutôt que de recourir à l’extérieur, il serait utile et bénéfique de former du personnel déjà sur place; c’est ainsi qu’est née l’idée de l’Annexe  «E». 

 

La disposition a ainsi été négociée puis ajoutée à la convention collective.  À cette époque, l’encadrement d’un apprenti par un mécanicien était constant. Suivant le témoignage des délégués syndicaux en fonction à l’époque, il avait été entendu qu’en cours de formation, il n’était pas possible pour les apprentis-mécaniciens de travailler autrement que sous la surveillance immédiate d’un mécanicien, à moins qu’il ne s’agisse d’un remplacement prévu à l’article 8 de l’Annexe “E”.  Ces témoins ont ainsi fait état du cas de monsieur David Banks qui, à l’époque, avait été assigné seul sans qu’aucun mécanicien ait été absent. Ce geste, jugé contraire à l’Entente par le Syndicat, avait été porté à l’attention du directeur de l’usine de l’époque. Suivant la preuve, ce dernier avait « rappelé à l’ordre » son contremaître qui en avait décidé, au nom de l’impossibilité pour un apprenti de travailler seul, sauf en l’absence d’un mécanicien.  L’expérience fut cependant de courte durée et la Lettre d’entente est demeurée lettre morte pendant plusieurs années.

 

Elle a été reconduite en 1997 et la période de formation prévue à son article 4 prolongée de cinq cents heures.  Lorsqu’il est apparu par la suite que l’entreprise connaîtrait de l’expansion, son président a rencontré la direction du Syndicat en lui proposant de reprendre la formation de mécaniciens en entreprise. Les parties ont alors conclu l’entente suivante en mai 1999,  soit en cours de convention :

 

            « MÉMOIRE D’ENTENTE

 

            ENTRE:           FILOCHROME INC.

                                    ci-après appelé “l’Employeur”

 

            ET:                  TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES UNI(ES) DE L’ALIMENTATION

                                    ET DU COMMERCE, SECTION LOCALE 501

                                    ci-après appelé “l’Union”

 

            OBJET:           Postes d’ajusteurs mécaniciens (mécaniciens)

            DOSSIER MINISTÈRE:         AM8802S014

 

            Les parties conviennent de ce qui suit:

 

                                    “L’employeur” procédera à l’ouverture de deux (2) ou trois (3) nouveaux postes d’ajusteurs mécaniciens.  Il est entendu que ces postes seront affichés à l’intérieur de l’unité de négociation, et si aucun salarié n’est intéressé par ces postes, “l’Employeur” procédera à l’embauche de personnes provenant de l’extérieur.

 

                                    “L’employeur” s’engage à former deux (2) apprentis-ajusteurs mécaniciens et ce, trente (30) jours après l’entrée en fonction des nouveaux ajusteurs mécaniciens. »

 

Ainsi, à l’automne 1999, suite à un affichage, un certain nombre d’apprentis furent choisis, dont messieurs Jean-Luc Hénault et Sylvain Boucher, chacun travaillant sur un quart différent. 

 

Les choses se sont déroulées comme par le passé durant les premiers mois de leur formation jusqu’au début de l’année 2000. À ce moment, l’entreprise, en forte expansion, a commencé à assigner des apprentis à du travail de mécanicien, même si tous les mécaniciens étaient présents.  Les apprentis n’étaient pas dans ces circonstances accompagnés ou immédiatement surveillés par un mécanicien en titre mais travaillaient plutôt seuls, sous la gouverne de leur contremaître, au motif qu’il s’agissait toujours de formation. 

 

Le Syndicat a protesté de cette façon d’agir auprès du nouveau directeur de l’usine mais ce dernier, qui soutient avoir ignoré comment son prédécesseur avait agi à cet égard, a rétorqué que, selon sa compréhension, le texte de l’Annexe “E”  permettait cette pratique. C’est dans ce contexte que fut déposée la série de griefs dont le Tribunal est saisi. En attendant l’issu de l’arbitrage, l’Employeur a en outre décidé de suspendre sa décision d’assigner les apprentis à du travail de mécanicien hors la surveillance immédiate d’un mécanicien en titre.

 

Selon monsieur Jean-Luc Hénault, délégué syndical, normalement, un apprenti travaille en utilisant le coffre d’outils du mécanicien qui lui tient lieu de compagnon. Toutefois, aux dates mentionnées dans le grief nº 21533 reproduit ci-haut, son contremaître lui a remis un coffre et l’a assigné directement au réglage et à l’entretien d’équipement, hors la supervision d’un mécanicien.  Quand il a protesté ne pas pouvoir exécuter ces tâches sans la présence d’un mécanicien en titre, on lui a tout simplement répondu qu’il y avait du travail à faire et qu’on avait besoin de lui; bref, qu’il se devait de s’exécuter.  Monsieur Sylvain Boucher qui a été apprenti mécanicien en 1999 a rendu un témoignage essentiellement au même effet. Il a souligné à son supérieur qu’il n’était pas censé travailler sans la surveillance d’un mécanicien mais, devant une directive explicite de son contremaître, il a plié.

 

Selon la preuve, les machines dont les mécaniciens sont responsables et les tâches qu’ils ont à accomplir présentent des difficultés inégales. Aux dires d’un témoin syndical, certaines machines sont maîtrisées après quelque huit heures d’apprentissage, et certaines tâches, comme le redressement d’une électrode, s’apprennent en quelques minutes.  Les apprentis qui ont témoigné ont également reconnu que dans certaines circonstances ils pouvaient, même lorsqu’ils travaillaient sous la gouverne d’un mécanicien, travailler sans la présence immédiate de celui-ci mais, selon monsieur Hénault, cela était tout à fait exceptionnel, le temps d’une pause par exemple.

 

C’est là l’essentiel de la preuve.


                                                                           III

                                                                 PLAIDOIRIES

 

Syndicat

 

Le procureur du Syndicat a soutenu que celui-ci avait, de bonne foi et dans le meilleur intérêt des parties, consenti en 1997 à la reconduction d’une annexe à la convention collective et à une entente particulière en 1999, dans le but de former des mécaniciens sur place, à la fois pour aider le personnel à progresser dans l’entreprise et, celle-ci, à se doter de personnel plus compétent.

 

Selon Me Moss, l’Annexe “E” autorise un apprenti à remplacer un mécanicien absent mais ne prévoit pas qu’un apprenti puisse travailler seul comme mécanicien, sans surveillance, alors que les mécaniciens en poste sur un quart donné sont tous présents au travail.

 

Sans la qualifier de « pratique passée », ce que fera son adversaire en réponse, le procureur soutient néanmoins que la façon de faire des parties jusqu’à 1999 témoigne du sens à donner à la disposition, en outre de souligner que tel était là le sens avancé dans le contexte de la négociation collective.

 

Le procureur a également brièvement traité de la question de la réparation demandée par le grief et contestée par l’Employeur.  Selon lui, dans la mesure où le travail des mécaniciens a été fait par des apprentis, la seule façon dont l’Employeur aurait pu faire exécuter ce même travail en conformité de la convention collective aurait été de rappeler au travail un autre mécanicien à taux majoré (« temps supplémentaire »), la réparation demandée serait donc conforme et admissible.

 

Le Syndicat n’a produit aucune autorité, s’en remettant aux textes mêmes, particulièrement celui de l’Annexe “E” qualifié de suffisamment clair.  Le procureur syndical n’a pas répliqué à l’argumentation de son adversaire rapportée plus loin.

 

Employeur

 

Essentiellement, le procureur de l’Employeur invoque que les droits de direction reconnus à la convention collective, et la jurisprudence, lui permettent, en l’absence de texte au contraire, d’assigner les apprentis à du travail de mécanicien sans la surveillance immédiate d’un mécanicien en titre.

 

Me Laporte, invoquant l’article 3 de l’Annexe “E”, souligne que l’apprentissage comme mécanicien ne nécessite pas, puisqu’il doit de toute façon s’exécuter sous la supervision d’un contremaître, la présence d’un mécanicien.  Se fondant sur cet argument de texte, il affirme que la « pratique passée » invoquée par son adversaire n’est ni constante ni significative et qu’elle ne permet pas de tirer quelque conclusion contraignante pour l’Employeur.

 

Commentant la réparation recherchée par le Syndicat, Me Laporte a souligné que la convention collective au chapitre du « temps supplémentaire » est la seule disposition qui permette de définir et de conclure à l’existence de « temps supplémentaire » et qu’elle ne couvre pas la situation dénoncée par les griefs.

 

Le procureur a en outre invoqué les autorités suivantes, autant sur la question de fond que sur celle de la réparation recherchée:   Procureur général du Québec c. Norbell Électrique inc., Cour du Québec, le 26 mars 1997, n° 615-61-003312-979 (M. le juge Denis Lavergne);  Office de la construction du Québec c. Murs secs Daniel inc., Cour supérieure du Québec, le 10 juin 1988, n° 500-27-022397-865 (M. le Juge Jean-Charles Hamelin);  Les Métallurgistes unis d’Amérique, section locale 8897 et Cie Sidbec-Dosco inc. — usine de Longueuil, [1990] T.A. 582;  Pepsi-Cola Canada ltée et Union des routiers, brasseries, liqueurs douces et ouvriers de diverses industries, section locale 1999, 2000T‑339 (Me Marc Boisvert, arbitre);  Société canadienne de métaux Reynolds ltée et Syndicat national des employés de l’aluminium de Baie Comeau, T82‑573 (Me René Lippé, président);  Syndicat des travailleurs en alimentation, local 1634 et Conserveries Canadiennes ltée (usine de Ste-Thérèse), 85T‑812 (M. Jean-Guy Clément, arbitre);  Syndicat international des communications graphiques, section locale 41M et Presse ltée (La), 94T‑772 (Me Bernard Lefebvre, arbitre);  Balance Tolédo — division de Reliance Électrique ltée et Association internationale des machinistes et des travailleurs de l’aéroastronautique, local 987, 90T‑985 (Me Marc Boisvert, arbitre);  St-Lambert (Ville de) et Syndicat canadien de la fonction publique, section locale 310 — métiers, 89T‑340 (Me Roland Tremblay, arbitre);  Communauté urbaine de Montréal c. Morin, 99T-537.

 

                                                                           IV

                                                   ANALYSE ET CONCLUSION

 

Le litige concerne l’application et l’interprétation de l’Annexe “E” de la convention collective et plus particulièrement son article 3. Cette disposition stipule que  les apprentis mécaniciens «seront [] soumis à une période de formation pendant laquelle ils effectueront le travail de leur classification, et seront appelés au besoin, sous le contrôle du contremaître, à assister les mécaniciens et à apprendre les techniques de travail des mécaniciens. »

 

Le Tribunal doit donc décider si l’Employeur peut assigner un apprenti à du travail de mécanicien sans la supervision d’un mécanicien en titre. Dans la négative, le Tribunal devra déterminer si la réparation recherchée par le Syndicat peut être accordée.

 

S’appuyant essentiellement sur son texte même, sur l’historique des négociations et sur ce qu’il est convenu d’appeler la pratique passée, le Syndicat soutient que l’article 3 de l’Annexe “E” ne permet pas à un apprenti de travailler autrement que sous la surveillance immédiate d’un mécanicien et ce, alors qu’un ou plusieurs de ces derniers sont présents au travail durant un quart donné.

 

De son côté,  l’Employeur affirme qu’en l’absence de texte le lui interdisant, il peut assigner les apprentis à des tâches de mécanicien sans la surveillance immédiate d’un mécanicien en titre, au nom de son droit de gérance, en outre de soutenir que certains éléments de preuve présentés par le Syndicat ne sont pas admissibles en l’espèce.

 

Avant d’en venir aux faits, réglons la question de la preuve extrinsèque. Dans l'arrêt Fraternité unie des charpentiers et menuisiers d'Amérique, section locale 579 c. Bradco Construction Ltd. 1993 88 (CSC), [1993] 2 R.C.S. 316, la Cour Suprême reconnaissait à l'arbitre de griefs le pouvoir d’admettre une preuve extrinsèque lorsque le texte à interpréter présente une ambiguïté. La Cour écrit :

 

         « 2.  L'admission de la preuve extrinsèque

        

         La règle générale interdisant l'utilisation d'une preuve extrinsèque pour interpréter des conventions collectives tire son origine de la règle d'exclusion de la preuve extrinsèque en droit des contrats. Cette règle découle de la volonté que les obligations contractuelles soient définitives et certaines. On présume généralement que, lorsque les parties mettent un accord par écrit, elles y incluent toutes les conditions et détails nécessaires et elles veulent que le contrat écrit renferme la totalité des conditions. En outre, la règle est destinée à empêcher l'utilisation de négociations extrinsèques fabriquées ou douteuses pour attaquer des contrats écrits en bonne et due forme.

        

         Il a toujours été fait exception à la règle d'exclusion de la preuve extrinsèque lorsque le contrat écrit lui-même comporte une ambiguïté, auquel cas des éléments de preuve extrinsèques peuvent être admis pour clarifier le sens du terme ambigu []. Cependant, il est loin d'être facile de déterminer quand s'applique cette exception, car on ne sait même pas clairement ce qui peut être qualifié d'ambiguïté manifeste. Dans certaines décisions, on a conclu qu'il ne suffit pas que différentes interprétations de l'accord soient soutenables [] alors que, d'après d'autres décisions, le critère approprié est celui de l'absence d'un sens nettement prépondérant qui se dégage du texte et de l'économie de l'accord [] Il faut distinguer l'ambiguïté de l'inexactitude, du résultat inédit ou de la simple difficulté d'interprétation. Il y a aussi la question de savoir si l'ambiguïté doit être manifeste pour justifier la production d'une preuve extrinsèque ou s'il suffit qu'il y ait une ambiguïté latente comportant l'application incertaine de mots par ailleurs non équivoques aux faits de l'affaire. Si une ambiguïté latente est jugée suffisante, il faut alors se demander en outre si une preuve extrinsèque peut être produite pour établir l'existence de l'ambiguïté. Les difficultés auxquelles font face les cours de justice en réglant ces questions s'accentuent dans le cas d'arbitres chargés d'interpréter et d'appliquer une convention collective, car, souvent, non seulement ces personnes n'ont-elles pas de formation juridique, mais encore elles sont appelées à se prononcer sur des arguments présentés par des profanes. »

 

Ainsi, lorsque le sens d'une disposition dégagé suivant les règles ordinaires d'interprétation présente une ambiguïté, l’arbitre peut avoir recours à des éléments de preuve extrinsèques pour connaître l'intention des parties sous-jacente à une stipulation. Dans de telles circonstances, l’historique des négociations ou la pratique passée pourraient être considérées. D’ailleurs, les auteurs Morin et Blouin abondent dans le  même sens lorsqu’ils traitent de la possibilité pour l’arbitre de recourir à la preuve de la pratique passée des parties pour dégager le sens d’une stipulation dont elles ont convenu: [II-64]

 

         «Suite à une évolution jurisprudentielle tatillonneuse [sic] et frileuse, il ressort maintenant qu'un arbitre de grief peut considérer la pratique lorsqu'il s'agit d'interpréter une règle conventionnelle mais seulement si on le convainc que la clause est ambiguë en raison justement du fait d'un écart entre le libellé et le comportement. Cette dernière notion s'entend exclusivement, à tout le moins au Québec, d'une situation où la partie qui veut faire admettre une preuve de pratique, amène l'arbitre à estimer concevable que les termes utilisés, dans la clause prise à parti, puissent soutenir, à leur face même, un entendement contraire au sens habituel ou courant qu’on serait normalement porté à leur attribuer ou que leur donne la partie adverse. »

 

Ici, le Syndicat n’a pas vraiment prétendu que le texte en litige était ambigu, reconnaissant même en plaidoirie qu’il ne l’était pas. Or, le recours à la preuve extrinsèque aux fins de l’interprétation d’une disposition n’est admissible que lorsque le texte en question est ambigu et est donc susceptible de plusieurs sens. En l’espèce, certes la disposition en litige doit être interprétée mais il faut, pour paraphraser la Cour suprême, « distinguer l'ambiguïté de [] la simple difficulté d'interprétation. » Or, à notre avis, s’il y a ici difficulté d’interprétation, avec égards,  les règles ou techniques ordinaires d’interprétation suffisent, croyons-nous, à la résoudre et à dégager le sens à donner à l’article 3 de l’Annexe “E”. Il n’y a donc pas lieu de recourir à la preuve extrinsèque avec pour conséquence que le moyen patronal à ce sujet est accueilli et ces éléments de preuve rejetés.

 

 

S’agissant d’abord du droit de direction, il est vrai qu’en l’absence d’une disposition le limitant, l’Employeur peut généralement administrer son entreprise comme il l’entend. D’ailleurs, le paragraphe 2.01 de la convention collective reprend et qualifie ce principe. En effet, le Syndicat y « reconnaît à l’Employeur le droit d’administrer ses affaires et de diriger son personnel selon ses droits, le tout en conformité avec les dispositions de la présente convention. »

 

A la vérité, il s’agit de vérifier si l’Employeur peut affecter le salarié d’une autre classification à des tâches normalement exécutées aux mécaniciens titularisés, i.e. détenteurs d’un tel poste. Plus précisément, la question qui se pose est de savoir si la convention collective limite la possibilité pour l’Employeur d’affecter à son gré un salarié en voie de formation pour devenir mécanicien, à des tâches de mécanicien proprement dites, sans que cet apprenti soit accompagné ou autrement encadré par un mécanicien et ce, alors que tous les mécaniciens censés être en devoir le sont.

 

Avec égards, le Tribunal juge que la convention collective ne permet pas à l’Employeur d’agir ainsi et ce, pour les raisons qui suivent.

 

Rappelons au départ le paragraphe 1.04 de la convention collective. Cette disposition interdit à l’Employeur de confier à des personnes exclues de l’unité, du travail « de production et de maintenance connexe de l’équipement du département de fabrication pouvant être accompli par les salariés de l’unité de négociation, en temps normal ou en heures supplémentaires, sauf aux fins de formation et d’enseignement ». Étant donné que cette disposition ne vise que le travail qui serait fait par des personnes exclues de l’unité, elle n’a qu’indirectement une incidence sur la présente cause. En effet, en l’espèce, toutes les personnes concernées, mécaniciens et apprentis, sont des employés faisant partie de l’unité, les seconds en voie de formation en vue de devenir mécaniciens mais néanmoins dans l’intervalle titulaires d’un autre poste au sein de l’unité. Cela dit, le paragraphe 1.04 met en lumière la portée de la clause de reconnaissance, constante dans toutes les conventions collectives, et qui y est en somme le corollaire conventionnel de l’accréditation émise en faveur d’un syndicat par l’autorité publique: l’état accrédite un syndicat pour un groupe d’employés, une unité, qu’il décrit avec plus ou moins de bonheur.  Puis, l’Employeur dans la convention collective, à son tour, formellement reconnaît contractuellement le Syndicat comme seul agent négociateur des employés visés par l’accréditation.

 

Dans la clause de reconnaissance, l’Employeur s’interdit de négocier avec d’autres que le Syndicat accrédité et, souvent, souscrit des obligations destinées à prévenir la dilution de l’exclusivité de représentation de l’agent négociateur. L’une d’elles prend la forme, comme principe de maintien de l’intégrité de l’unité de négociation, des clauses relatives à l’existence de postes, de classifications et de définitions de tâches, assorties d’échelles de salaires correspondantes : de la sorte, un salarié obtient suivant un mécanisme négocié un poste donné qui, à son tour, commande une rémunération donnée, le premier comme la seconde n’étant pas laissés à la discrétion de l’entreprise.

 

La convention collective qui nous intéresse reprend ces principes en ce qu’elle comporte plusieurs dispositions qui permettent d’affirmer que l’Employeur ne peut tout simplement pas affecter qui bon lui semble quand bon lui semble, à n’importe quelle tâche. D’abord, la convention contient une description de tâches de « chaque » poste, dont celui de mécanicien, et elle en énumère les principales fonctions. Cette description, comme celles des autres postes, se retrouve à l’Annexe « F » : « Définition des tâches sur chaque poste de travail ».

 

La convention comporte également, à son article 7, une procédure de comblement des postes. Or, autant il est vrai que l’Employeur est le maître de la dotation en termes d’opportunité, autant celle-ci doit, en vertu de cette disposition, se faire par affichage, nomination, etc. (voir paragraphe 7.01). Il en va de même de la rémunération prévue à l’article 13. Celle-ci est fonction de différents facteurs, l’un étant la fonction occupée (voir Annexe « A »).  En définitive, un opérateur de monte-charge, pour utiliser un exemple, ne commande pas le même salaire qu’un mécanicien et ainsi de suite, et précisément parce qu’il ne commande pas le salaire d’une autre fonction, c’est donc la sienne qu’il doit accomplir.

 

On le voit, la nomination, l’assignation à une fonction donnée, n’est pas laissée à la pure discrétion de la direction. De plus, l’analyse de ces dispositions et de leur objet montre qu’un salarié ne peut être titulaire que d’un seul poste, d’une seule fonction, à l’exception du cas des promotions temporaires prévues à l’alinéa 7.01 F) et des remplacements prévus au sous-alinéa 7.01 G) (6). Ainsi donc, n’est pas mécanicien qui l’Employeur veut, mais bien qui il veut et qui est passé par la procédure menant à l’ouverture puis à la dotation d’un poste. Donc, est mécanicien seulement qui l’Employeur a « nommé » à ce poste. C’est en cela que cette série de dispositions est porteuse du même objet que le paragraphe 1.04 analysé plus haut : l’intégrité et la préservation du pouvoir réel de représentation de l’agent négociateur.

 

Premièrement, et de manière manifeste, le travail de mécanicien, poste syndiqué, est exclusif à l’intérieur de l’entreprise à certains des salariés.  De plus, de manière implicite peut-être mais néanmoins tout aussi impérieuse, le travail de mécanicien revient exclusivement à ceux parmi les salariés qui sont titulaires d’un tel poste après y avoir été nommés;  et un poste, une fonction, sont un ensemble défini de tâches.

 

Cela dit, les parties signataires de la convention collective ont voulu apporter un bémol à cette exigence lorsqu’il s’est agi de la question particulière de la formation en cours d’emploi de futurs mécaniciens. Par dérogation aux règles recensées plus haut, on a alors prévu que des personnes titulaires de postes autres que des mécaniciens puissent néanmoins faire des tâches autrement réservées à eux seuls. De toute évidence, si l’Employeur avait pu en vertu de ses seuls droits de direction, affecter qui bon lui semblait à n’importe quelle tâche, l’Annexe “E” et la Lettre d’entente du mois de mai 1999 n’auraient pas été nécessaires. Or, c’est un principe d’interprétation bien établi que les parties négociantes ne sont pas sensées stipuler pour rien.  Aussi paraît-il non seulement justifié mais nécessaire pour le Tribunal de considérer que si les parties négociantes ont jugé bon d’ajouter des dispositions particulières à la convention collective en matière de formation en cours d’emploi des mécaniciens, c’était de manière à atteindre un résultat qui autrement leur aurait échappé.

 

Revenons donc aux tâches propres au poste de mécanicien. Si l’on doutait que pour les exécuter l’on doive répondre à des exigences particulières, rappelons que la description de ce poste stipule comme exigence de la part des futurs titulaires, notamment que « [le] candidat devra pouvoir fournir la preuve de l’expérience ou des connaissances pertinentes dans les domaines ci-haut mentionnés ». Peut-on convenir que par définition, tel n’est pas le cas de l’apprenti?

 

Ainsi, pour le Tribunal, la présence dans la convention collective d’une telle description indique que les parties n’entendaient pas permettre à quiconque d’exécuter les tâches du poste de mécanicien sans d’abord y avoir été nommé et, pour pouvoir l’être, sans répondre de l’expérience, des connaissances et de la procédure pertinentes. Pour toutes ces raisons, l’on voit que l’Employeur ne peut pas et n’entendait pas se réserver d’affecter n’importe quel salarié de l’unité au poste de mécanicien mais plutôt seulement ceux qu’il y aurait nommés. En cela, et pour cela, il faut voir dans l’Annexe “E” une exception, une dérogation, à la lettre et à l’esprit général de la convention collective puisque cette entente particulière permet à des non titulaires de postes de mécaniciens d’en faire néanmoins le travail. Parce qu’il s’agit d’une dérogation, on devra lui donner une interprétation restrictive.

 

Cela dit, il s’agit de déterminer si l’Annexe “E” a cette portée précise qu’allègue l’Employeur, de lui permettre d’utiliser un apprenti un peu comme mécanicien d’appoint, lorsque tous ses mécaniciens titulaires sont sur place mais ne peuvent présumément pas suffire à la tâche et, particulièrement, agir comme compagnons, tuteurs, des apprentis.

 

Pour le Tribunal, le texte de l’Annexe “E” ne peut pas, pour les raisons qui suivent fondées sur son libellé et sa place dans la convention collective, être interprété de façon à permettre qu’un apprenti mécanicien puisse travailler seul comme mécanicien alors que tous les titulaires de ce poste normalement attendus au travail durant un quart donné y sont présents.

 

Au sujet de la méthode d’interprétation à suivre, les auteurs Morin et Blouin dans leur ouvrage Droit de l’arbitrage de Grief, Les Éditions Yvon Blais inc., 1994, écrivent :

 

         «En définitive, le sens et la portée d’une disposition conventionnelle sont extirpés du texte même (la lettre). Dans le cas de doute, parce que, à la réflexion, la lettre même ne dégage pas directement et d’une façon satisfaisante le message, c’est-à-dire le sens et l’étendue d’une modalité, ou simplement pour s’assurer du respect de l’approche systémique (VIII.5), on cherche à le préciser en considérant sa finalité, son objet, les moyens retenus, le contexte immédiat dans lequel il se situe ou qu’il se présente comme la réponse du législateur ou de ses auteurs. Sous chacun de ces points d’observation, il existe plusieurs règles d’interprétation ou topiques juridiques qui peuvent alors servir de rappel ou de moyens d’analyse, d’appréciation ou de pondération permettant de retenir, selon le cas, des hypothèses plus ou moins justes, plus ou moins raisonnables, ou plus ou moins conformes au droit. [...] »[paragraphe VIII.13]

 

Selon l’article 3 de l’Annexe “E”, les apprentis sont « appelés au besoin à assister les mécaniciens et à apprendre [leurs] techniques [». Selon Larousse, « assister » signifie « seconder », « se tenir auprès » et le terme « apprendre », « acquérir la connaissance ». Quant au terme « technique », il est défini comme « l’ensemble des procédés et des méthodes d’un art, d’un métier, d’une industrie. » A l’examen de ces différentes définitions, il est difficilement concevable qu’un apprenti puisse « assister » un mécanicien qui lui apprenne ses « techniques » de travail sans que celui-ci l’accompagne ou le supervise;  bref, sans sa présence. Autrement dit, l’apprentissage se fait par la fréquentation d’un mécanicien, traditionnellement appelé « compagnon », mot qui dit bien ce qu’il signifie, « personne qui accompagne quelqu’un ».

 

De plus, au-delà du sens littéral des termes utilisés, lorsque l’on songe à l’objet de l’Annexe “E”, on constate que cette disposition vise avant tout à permettre de former des mécaniciens à même les salariés de l’usine déjà titulaires d’une autre fonction, avec toutes les conséquences conventionnelles qui s’y rattachent. 

 

Si l’on avait voulu que n’importe qui, à qui il aurait suffi de dire qu’il serait formé comme mécanicien puisse du seul fait de cette désignation être, comme par magie, considéré comme un mécanicien nommé en bonne et due forme, et donc être utilisé comme tel durant 1500 heures, on peut penser que les parties, présumées agir de bonne foi, n’auraient pas jugé nécessaire de convenir de la durée ou des autres modalités de l’apprentissage.  C’est pourquoi le Tribunal estime que l’interprétation juste de l’Annexe «E» exige d’attribuer aux termes de l’article 3 un sens et une portée qui connotent et rendent d’abord l’idée de formation et non celle de remplacement pur et simple.  Par conséquent, il faut, avec égards, y lire une limite au droit de l’Employeur d’affecter les apprentis, présumés jusqu’à nouvel ordre inaptes à travailler comme mécaniciens, aux tâches propres aux mécaniciens alors qu’est présent au travail un mécanicien en titre, présumé du fait de sa nomination et des définitions de tâches être seul en mesure et autorisé à faire le travail.  En effet, il serait contraire aux règles d’interprétation de donner à une disposition d’exception conçue dans un contexte de formation, comme l’est l’article 3 de l’Annexe “E”, un effet général contraire à l’objet et la raison d’être des dispositions de la convention aussi fondamentales que les clauses de reconnaissance ou de dotation.

 

Les dispositions d’une convention s’interprètent en effet les unes par les autres. Or, l’article 8  de l’Annexe « E » prévoit le remplacement d’un mécanicien par un apprenti au seul cas d’absence de ce dernier. Cette disposition renforce l’interprétation qui veut que si tous les mécaniciens en devoir pendant un quart donné sont présents, donc qu’il n’y a personne à remplacer, alors un apprenti ne peut pas être appelé à travailler seul comme mécanicien, fût-ce sous l’autorité d’un contremaître.  Ainsi, seule pareille interprétation conduit à une lecture constante qui soit cohérente avec les grands principe enchâssés dans la convention. De plus, s’il avait subsisté quelque doute à nos yeux sur le sens à donner à cette disposition et qu’ultimement le Tribunal en était arrivé à considérer cette disposition comme ambiguë, alors, selon les principes décrits ci-haut, nous aurions pu nous autoriser d’éléments de preuve extrinsèques, telle la pratique passée, pour vraisemblablement en venir à la même conclusion.

 

Pour toutes ces raisons,  le Tribunal juge que l’Employeur ne pouvait agir comme il l’a fait et qu’en cela les griefs sont fondés.

 

                                                                             V

                                                                    DISPOSITIF

 

Le Tribunal doit maintenant déterminer si la réparation réclamée par le Syndicat, i.e. le paiement d’heures supplémentaires aux mécaniciens qui auraient présumément été assignés à la place des apprentis, peut être octroyée.

 

Selon le Syndicat, le Tribunal doit accorder le correctif demandé puisqu’il remettrait les parties en état. De son côté, l’Employeur prétend que même s’il y avait violation de la convention collective, il est impossible d’octroyer le paiement d’ « heures supplémentaires » dans les circonstances.

 

En l’espèce, la convention collective ne comporte aucune disposition qui sanctionnerait directement la violation commise. Cependant, l’absence d’une telle stipulation n’implique pas nécessairement qu’aucune réparation n’est possible mais plutôt que celle-ci serait susceptible de plusieurs formes. A ce sujet,  les auteurs Morin et Blouin dans leur ouvrage Droit de l’arbitrage de grief, Les Éditions Yvon Blais inc., 1994 écrivent:

 

         “La décision arbitrale étant finale, l’arbitre de grief doit disposer d’un pouvoir de correction et de réparation suffisamment efficace pour réellement trancher le grief et permettre à chacun de disposer pleinement de ses droits. Ce pouvoir de redressement doit par ailleurs absolument tenir compte que la convention collective [] aménage essentiellement un rapport social, des droits et obligations entre des personnes, et nullement un rapport contractuel d’ordre économique portant sur un bien. Dès lors l’arbitre doit tendre à replacer les protagonistes dans la situation qui les caractérisait avant la violation de la convention collective, ou encore telle qu’elle devrait être s’il n’y avait point eu telle violation. En principe, l’exécution spécifique doit être recherchée, il peut néanmoins arriver qu’elle doive, par la force des choses, céder le pas à l’exécution par équivalent pécuniaire.”   (IX-19 et ss)

 

Souvent en ces matières, il se pose une question de preuve, comme on le souligne dans l’ouvrage Canadian Labour Arbitration, Third Edition, de Brown & Beatty:

 

         « 2:1424  Improper work assignments.  Because a direct causal relationship between the assignment of work and the loss of any opportunity to work must be established, it is often difficult for employees, particularly bargaining unit personnel, to show that they have suffered damages. »

 

Le Tribunal est lié par la réparation demandée dans le grief et ne peut en octroyer une qui n’est pas demandée;  de plus, il doit juger selon la preuve.  En effet, l’arbitre est assujetti à la règle de l’ultra petita qui ne lui permet pas d’adjuger au-delà de ce qui est demandé.

 

En l’espèce, les griefs réclament pour des salariés qui y sont identifiés et qui sont titulaires d’un poste de mécanicien le paiement d’heures supplémentaires pour les heures qu’ils auraient dû, selon eux, obtenir si le travail n’avait été confié aux apprentis.

 

Le paiement d’heures supplémentaires réclamé dans les griefs serait celui prévu au paragraphe 14.01 de la convention collective. Selon cette disposition, le travail effectué « au-delà des heures normales de travail quotidiennes ou en sus du total des heures hebdomadaires » est la notion qui définit le seuil au-delà duquel l'Employeur est tenu de payer des heures supplémentaires.

 

Le droit au paiement d’heures supplémentaires découle d’une disposition qui exige que le salarié travaille au-delà de son horaire normal. Or, selon la preuve, les salariés identifiés dans les griefs n’ont pas exécuté de travail supplémentaire et ne peuvent pas à prime abord réclamer le paiement de ces heures en vertu de la convention collective. La preuve n’a pas non plus démontré qu’ils auraient accepté de travailler en surtemps si on le leur avait demandé.  Le Syndicat n’a en effet présenté aucune preuve à l’effet que les plaignants les auraient effectuées si l’Employeur n’avait pas utilisé les apprentis mécaniciens:  étaient-ils disponibles, etc.?  A cet égard, nous souscrivons aux propos suivants de l’arbitre Jean-Denis Gagnon dans Cie Sidbec-Dosco inc. (précité) :

 

         « Il est clairement établi en jurisprudence que, à moins d’une disposition claire à l’effet contraire contenu dans la convention collective qui leur est applicable, les salariés ne peuvent exiger de leur employeur qu’il leur confie du travail en dehors de leurs heures habituelles. Comme le soulignent les auteurs Brown & Beatty, le temps supplémentaire est l’un des moyens d’assurer l’exécution du travail et, plutôt que d’y avoir recours, l’employeur est libre de procéder différemment. »  [pp 584 et ss]

 

Pour tous ces motifs, les griefs sont accueillis mais pas la réparation recherchée.  Il est toutefois ordonné à l’Employeur de mettre fin à la pratique suivant laquelle les apprentis-mécaniciens seraient appelés à travailler seuls comme mécaniciens autrement qu’en application de l’article 8 de l’Annexe « E » de la convention collective.     

 

MONTRÉAL, le 19 octobre 2000.

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                               

                                                                                    Serge Brault, arbitre unique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Adjudex inc.

003-774-QP

S/A 323-00


<<<      |      



Alberta | Colombie Britannique | Federal | Manitoba | Nouveau Brunswick | Terre Neuve et Labrador | Territoires du Nord Ouest | Nouvelle Ecosse | Nunavut | Ontario | Prince Edward Island | Quebec | Saskatchewan | Yukon

Globe24h | Gesetzblatt - Österreich | Boletin Oficial - España | Canadian Caselaw | Jurisprudence de Canada | Clinical Trials | Diario Oficial - México | European Court of Human Rights | Cour Européenne des Droits de l'Homme | Federal Register | UK Gazettes |

Confidentialité